Cliquez sur une image pour zoomer - Cliquer sur "Lire la suite" pour lire l'article complet - (3159-2/5)

Venez visiter le Sénégal en 2021


Une publicité alléchante


De gros efforts de publicité sont faits par les stratèges en communication de l'Agence Sénégalaise de Promotion du Tourisme. En pure perte.
 

Ridicule

Ces publicistes croient vanter la destination Sénégal avec cette promotion montrant deux femmes en boubou sexy exhibant des bols géants. Il est écrit "Visitez le Sénégal" ce qui est très original et va sûrement inciter les touristes amateurs d'exotisme africain à venir.

Pas de bol. Ils n'en trouveront pas en arrivant. Et d'ailleurs, ils ne trouveront rien car il n'y a rien à voir au Sénégal. Comme beaucoup, ils se rendront compte que les seules choses à voir sont les ruines de bâtiments français et des plages sales.  Plus de détails ? Lire ici

La saison 2021 sera assurément un grand succès avec deux millions de touristes dira le ministre... quand le Sénégal autorisera ceux-ci à venir


Prochains articles en préparation


Les histoires à raconter sont très nombreuses

 

Un petit problème de fondation pour cette maison construite sur la plage de Toubab Dialao

Construction "Made in Senegal": au royaume des bouts de chandelle

Centre commercial et marché de Mbour
Chacun peut fabriquer des "briques" au dosage minimum en ciment et avec du sable volé sur les plages dont le sel ronge les ferrailles. Puis, il peut construire un peu n'importe où même dans des zones inondables, avec un ferraillage réduit au minimum. Peu de fondations dans le sable, pas de calcul de portance, etc. 

Résultat, des murs qui fondent avec la pluie, des balcons qui s'effondrent sous le poids des personnes, des maisons qui s'enfoncent dans le sable, ou comme ici des immeubles en chantier qui s'écroulent à cause de poteaux en forme d'allumettes...


La construction épique de ma villa à Saly


Des visites de terrains à la construction, de l'incompétence des ouvriers au procès que m'a fait l'entreprise et que j'ai gagné, il y en a long à raconter.

Ici, il a fallut casser la surcouche faite sur le toit terrasse pour isoler de la pluie et qui a empiré les fuites.



Le charity business des ONG: tout et n'importe quoi

Offert par Eddy et Nathalie

Beaucoup de particuliers européens, d'associations animées par des expatriés ou d'ONG œuvrent au Sénégal. 

Elles agissent dans les domaines de carence de l'Etat comme la santé, l'éducation, les talibés (enfants-mendiants apprenant le coran), l'éducation, les orphelins. 

Talibés : mendiant esclave au nom d'Allah


Une honte pour le Sénégal

 

Une enfance sacrifiée au nom d'Allah


Sans qualification, sans contrôle, n'importe qui peut monter un daara, une école coranique. Des parents qui ont fait trop d'enfants et qui n'ont pas les moyens de les élever les confient à ces maîtres coranique sous prétexte de leur apprendre le Coran en arabe. Ce n'est pas avec ces connaissances là qu'ils vont pouvoir plus tard trouver un bon travail. 

"Combien il t'a donné?"

Le plus souvent, ces enfants vivent dans des conditions misérables dans la saleté et la promiscuité et doivent subvenir à leur existence et surtout à celle du marabout. Ils apprennent par cœur en arabe des versets qu'ils ne comprennent pas, et ils sont obligés de mendier toute la journée pour ramener au moins un euro sinon ils sont battus. Le prétexte de la religion est un bon bouclier, car tout ce qui touche à la religion est tabou au Sénégal. 

Les tortures de Mama Africa... et du gendarme


J'ai failli partir en prison pour avoir rendu service

Dix heures du matin. Alerté par des cris, je suis sorti de chez moi et j'ai vu une vieille folle qui se fait appeler Mama Africa en train de frapper une fillette entièrement nue et ligotée. 

Cette femme était assez connue car elle organisait des spectacles pseudo-mystiques dans les campements et jouait de son aspect de vieille sorcière pour dire la bonne aventure aux Sénégalais. 

Elle habitait dans le quartier et présentait la fillette comme sa petite-fille venue du Togo, mais personne n'y croyait. Elle lui servait quasiment d'esclave. 

Ce n'était pas la première fois qu'elle torturait la fillette sous l'emprise de l'alcool et du yamba. 

Des voisins m'ont dit qu'ils avaient déjà entendu la petite hurler ce matin. Ils sont allés voir et la vieille leur a expliqué que «pour la punir d'aller voir des hommes», elle lui avait mis du piment dans le vagin. Ils m'ont dit «On va prévenir la gendarmerie. Toi qui a un appareil, fait des photos comme preuve». J'ai pris des photos de cette scène scandaleuse comme preuve des sévices corporels sur l'enfant.

De témoin je deviens accusé

Mal m'en a pris. Les gendarmes sont venus très vite. On m'a invité à venir à la gendarmerie comme témoin après que j'ai imprimé les photos sur papier. Mais là, quelle ne fut pas ma surprise lorsqu'un chef gendarme m'a accusé de faire des photos pornos, ce qui est interdit au Sénégal. Il m'a dit: «Mais là, on voit les parties intimes de cette fillette. Et c'est une mineure ! La pédophilie, c'est grave»... Les témoignages de la population et la scène de flagellation évidente sur les photos n'existaient plus. De témoin, j'étais devenu accusé.

Les routes et véhicules au Sénégal


Le paradoxe sénégalais en images



Voici une des 137 limousines du marabout Modou Kara Mbacké.


Les Africains ont un grand sens de l'équilibre

En me rendant à Mbour, à Dakar ou en Casamance, je me suis rendu compte que les véhicules sont très divers et variés et qu'ici, ils ont un code de la route spécial au pays. 

Déjà, un ami m'a raconté comment il a passé son permis de conduire. Tu vas à un rendez-vous, tu passes la première, tu recules, tu fais un créneau entre deux piles de pneus et tu vas voir l'inspecteur avec une enveloppe fermée pour réussir cet examen difficile du premier coup. En France, c'est dix fois plus cher et dix fois plus long.

De toutes manières, le permis est totalement inutile ici car il suffit de coller un badge avec un marabout pour faire tout ce que tu veux sans aucun risque. J'ai serré les fesses dans un transport en commun qui doublait en haut d'une côte en passant une ligne blanche. Hé bien pas de problème: la voiture en face a roulé sur le bas-côté. Tout s'est bien passé. D'ailleurs, les passagers imperturbables avaient confiance, habitués à cette divine chance.

Des apprentis restent debout sur le marchepied à l'arrière du bus pour faire payer. Des fois, il y en a un qui tombe, ou c'est le marchepied trop rouillé qui tombe sous le poids de trois personnes avec les secousses. (lire la suite)

Tribulations surprenantes à Gorée


Une ambiance paisible et artistique, mais le guide...

 

Je me suis extasié devant cette sculpture de masque Bonobo

En descendant de la Chaloupe qui vient de Dakar, on est fermement dirigé vers une guérite où les étrangers doivent payer leur contribution à l'entretien de ce patrimoine de l'Unesco. Une atmosphère de sérénité se dégage de ce lieu où les gens semblent sereins. 

Dés le début, on trouve des artistes et leurs œuvres partout dans les rues très propres. Comme cette jeune Sénégalaise, je me suis arrêté pour admirer cette sculpture rouge.

Lorsque j'ai visité l'Ile de Gorée, j'ai été surpris par beaucoup de choses. Par exemple, par ce curieux édifice que j'ai vu sur le haut de la colline de Gorée. Bien sûr, un guide bénévole est venu me renseigner. 

Maquette au 1/1Oe d'un projet de monument non réalisé

Il s'agit m'a-t-il dit "de la carcasse d'un bateau négrier coulé non loin de l'ile. Ce morceau d'épave a été récupéré et dressé ici comme monument en mémoire des esclaves partis de l'ile". 

Les dix boulets qui empêchent le Sénégal d'avancer

Article Sénégal 7 :
Méconnaissable, le Sénégal :
Faut-il une Loi sur l’Intérêt Supérieur de la Nation ?

Le Sénégal est aujourd’hui méconnaissable à cause d’une mal-gouvernance outrancière qui découle moins des politiques publiques que d’un système politique obsolète où le Chef de l’Etat concentre tous les pouvoirs. Le constat est que la Loi s’applique quand cela arrange le pouvoir mais elle reste baisée si le contraire se produit. Pour ce faire, faut-il une Loi sur l’Intérêt Supérieur de la Nation pour combler les Sénégalais et sécuriser la République ?

.../...
Aujourd’hui, le Sénégal est méconnaissable à cause de la mal gouvernance qui le gangrène depuis les indépendances. En tous les cas , si rien n’est fait pour résoudre cette équation, notre pays sera toujours à la traine. (lire la suite)

Beauté africaine


 


M. Lingénut découvre les bonnes sénégalaises


J'ai dit à ma bonne de ne pas...

...de ne pas éplucher les pommes de terre ainsi
et de ranger un peu

Normal : une bonne sénégalaise ne connait pas bien les habitudes des toubabs, les appareils électroménagers, les règles d'hygiène occidentales, la bonne utilisation des produits ménagers et la cuisine française... En conséquence, il y a parfois des incompréhensions et des surprises.

Aussi, j'ai fait un inventaire à la Prévert de quelques unes des remarques que j'ai pu faire aux différentes bonnes que j'ai eu depuis mon arrivée au Sénégal.


_____________________


Donc, j'ai dit à ma bonne
de ne pas...

  • de ne pas mettre mon linge dans une bassine, puis de verser abondamment de l'eau de Javel, et enfin de verser la lessive et l'eau sur le tout, mais de faire exactement l'inverse. 

  • de ne pas laver ses jeans puis de les recolorer avec du "bleu" sur ma terrasse en coquillages blancs qui prend ensuite une couleur jeans difficile à enlever.

  • de ne pas éplucher les pommes de terre assise ainsi et de ranger un peu
  • de ne pas utiliser ma machine à laver trois fois par semaine pour laver ses affaires, celles de sa famille et de ses voisins

  • de ne pas plier le linge sale avant de le mettre dans le lave-linge

Monsieur Lingénut découvre Saly


Premiers jours d'un gentil touriste très gentil

 
J'ai vécu à Saly et j'ai décidé de regarder cette belle ville touristique -perle de l'ouest africain- avec un œil neuf, comme un touriste candide qui vient de débarquer. Et donc dans cette narration, je m'amuse à positiver: ici, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil.  
(Il y a beaucoup d'allusions au second degré qui seront surtout perçues par ceux qui ont vécu là-bas).

 
•• La plage et le port
 
Le boulevard Haussmann qui mène à la plage

Tout d'abord, c'est normal, j'ai eu envie d'aller voir la mer. L'agence m'a annoncé que c'était la perle de l'ouest africain, une station balnéaire de premier choix. J'ai donc emprunté le boulevard Haussmann (les habitants l'appellent ainsi), et je suis arrivé jusqu'au port. J'avoue que j'étais quand même un peu déçu par ce spectacle de désolation: pas de plage et des ruines partout. Une femme en pagne verse un seau d'ordures dans l'eau. 
 
Un pêcheur qui dormait sur un tas de filets lève la tête pour m'expliquer qu'ils avaient eu un dégât des eaux. Devant ma tête dépitée, le pêcheur m'affirme: "T'en fais pas boy, demain, tout sera remis en état". Bon, j'ai été rassuré par cet homme affable qui connaît l'anglais. Il a dit demain, j'attendrai donc demain pour essayer mon nouveau maillot de bain. Et en attendant, je vais découvrir Saly.
 
Le port de Saly et sa plage (2013)

 
•• Au bonheur des touristes

 
Au cours de ma découverte de Saly, j'ai pu constater à quel point les Sénégalais sont polis et affables. Même depuis l'autre trottoir, les gens te saluent avec de grands gestes en t'appelant "Hé, mon ami".
 
Tu ne me reconnais pas?
Un homme a même pris la peine de se lever de son parpaing pour traverser la rue. Il est venu vers moi, la main tendue avec un grand sourire, en me disant: "Tu ne me reconnais pas?". Non. Il a vraiment insisté avec gentillesse en faisant des efforts pour pallier mon Alzheimer qui commence. « Tu sais, à l’hôtel, c’est moi qui t’ai montré comment sortir vers le village ». Ah ? J’étais vraiment perplexe sur l’évolution de mon défaut de mémoire. Je ne me souvenais même plus que j’étais à l’hôtel, vu que j'ai loué une villa. Grave... Je le remerciais vivement de sa sollicitude. J'allais poursuivre ma promenade quand il me demanda "Tu n'aurais pas dix mille à me prêter pour me dépanner? J'irais te les rendre à l'hôtel".
 
Plus loin, un garçon est venu me dire: "Hello le play-boy! Si tu veux une gazelle, je t'en trouve une, une belle, Inch'Allah". Je m'arrêtais, surpris. Puis je vois qu'il a à la main une bouteille de bière locale appelée La Gazelle. Alors, avec un grand sourire, je lui dit "Vraiment c'est gentil, mais je ne bois pas d'alcool Inch'Allah".
 
Carte postale "La flore du Sénégal"
Je me suis arrêté devant une boutique de souvenirs et j'ai acheté une belle carte postale sur "La flore du Sénégal" avec un baobab typique du pays pour un ami qui aime les belles plantes. Je l'ai postée, mais il l'a reçue un mois et demi après mon retour.
 
Poursuivant mon chemin, c'est un vieux monsieur, un blanc avec une petite bedaine qui m'aborde poliment. Il est visiblement éméché et il me demande avec difficulté: "Savez-vous où se trouve mon terrain? Je ne retrouve plus mon terrain". Il me montre une feuille détachée d'un cahier d'écolier. Je lis le papier. "Vente de la parcelle cadastrée n° 272 à Saly. Bon pour achat. Payé 900.000 Fr". Il y a deux signatures. Je lui dis "Vous avez payé neuf cents mille francs? Mais il faut demander au vendeur! — Ben justement, je ne le retrouve pas non plus". Je relis le papier. "Ah ! Monsieur ! Votre vendeur est un homme distrait. Il a oublié de mettre ses coordonnées. — Alors, que faire?" Je lui montre une fille avec un gilet "SAPCO Information. "Il faut lui demander à elle. Je crois qu'elle est là pour renseigner les gens".*  (Lire la suite)